Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 20:27

Suite à une sommation par voie d'Huissier, je suis contraint de publier les conclusions du rapport d'expertise judiciaire du 28/07/14.

 

Les conclusions du rapport disent que les menuiseries Minco ne sont pas en cause dans les problèmes d'infiltration, la cause en étant un défaut de pose non imputable à la Société Minco.

 

 

Je précise que ce blog sera supprimé d'ici quelque semaines... 

Partager cet article

Published by ꉲ
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 20:29

 

 

chardoncoul

 ©PCC 

 

 

 

Mardi 08 février 2011

 

 

"Le coeur au Soleil". Quelle joli formule que voici pour expliquer comment positionner une pièce de bois en extérieur. Les charpentiers de Ty-Coat m'ont apprit ce savoir-faire pour prévenir une éventuelle déformation du bois exposé aux intempéries. Pour définir la partie qui était le plus proche du coeur de l'arbre, il suffit de se fier aux sens du veinage du bois.

 

Nous avons choisi du bardage en mélèze brut de sciage. C'est un bois qui, comme le Douglas, dispose d'une protection naturelle contre  les insectes et les champignons. Il est posé selon la technique du couvre-joint. Nous aimons particulièrement le relief qu'apporte cette technique de pose.

 

Détruire pour construire, c'est ce que j'ai fait en entaillant le mur qui était initialement prévu pour recevoir la cloison de l'abri voiture. Nous avons préféré ne pas mettre cette cloison, ce qui nous permet d'avoir un espace abri-voiture plus grand et plus ouvert.


La grande différence avec les lames de bardages Douglas posées sur la maison est le poids plus important et une maniabilité moins évidente. La pose se fait verticalement, il faut donc faire une coupe à 45° dans le bas des lames et des couvres-joints.

 

J'ai effectué la pose au marteau avec des clous inox bien évidemment. j'ai cru y laisser mes poignets dans l'opération car le mélèze est un bois dur et noueux. J'ai utilisé beaucoup plus de clous que je ne pensais. Que c'est énervant de voir les clous se plier et se tordre sous le marteau!!!

 

La principale difficulté était, pour moi, la coupe du bas des lames posées. La scie circulaire finit par peser au bout d'un moment et aucun droit à l'erreur. La coupe verticale pour mettre au droit le bardage douglas était tout aussi délicate. le laser m'a bien aidé pour définir les traits de coupe.

 

Vouz pourrez mieux visualiser la globalité de cette phase du chantier en visionnant la vidéo ci-dessous. Et si vous avez des questions sur le sujet, n'hésitez pas à me les transmettre. 

Nous sommes aussi preneurs de vos commentaires critiques...

 

A bientôt...

signature2

Partager cet article

Published by ꉲ - dans Vive le Bois
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 09:58

 

 

LaVeriteEstAilleurs  

     ©PCC 

 

 

Lundi 31 janvier 2011

 

 

 

Voici un an que ce Petit Carnet de Chantier est ouvert... C'était au moment où les travaux de terrassement donnaient le coup d'envoi de ce qui a transposé notre projet du virtuel à la réalité...

 

Aujourd'hui, date anniversaire du Petit Carnet de Chantier, nous somme fiers d'avoir plus de 3000 visites (3218 exactement) au compteur. Bien entendu, 3000 visites ne dit pas autant de visiteurs compte tenu que certains, devenus fidèles du Petit Carnet de Chantier, reviennent règulièrement y prendre des nouvelles de l'avancement du chantier.

Mais il est sûr que cela fait quand même un grand nombre de visiteurs à venir sur notre "espace". Et les dernières statistiques du blog nous laissent penser que le nombre de visites va en augmentant, la moyenne étant de 13 visiteurs différents par jour depuis quelques semaines!!!

 

 


Merci à vous tous pour avoir fait le détour ou plus vers notre Petit Carnet de Chantier en espérant que vous l'aurez trouvé agréable à l'Oeil et peut être intéressant. Nous osons imaginer que certains d'entre vous y aurons trouvé matière à combler leur curiosité et aussi des réponses à leurs interrogations...

 

 


La création de ce blog fut comme une évidence, non seulement pour partager et raconter l'évolution du chantier, mais également pour que notre vécu d'autoconstructeurs puisse servir l'envie d'autres personnes à se lancer dans une aventure similaire...

Dans la phase préparatoire de notre projet, j'ai parcouru des espaces virtuels sur le net qui racontaient, chacun à sa manière, le déroulement de chantiers en autoconstruction partiellle ou totale. J'ai aussi surfé sur nombre de forum pour trouver des informations techniques sur les méthodes constructives.

Et malgré la somme d'informations récoltée, il me manquait de voir concrètement comment se déroulait les différentes phases d'un chantier de construction. J'ai besoin de visualiser pour apprendre et comprendre...

Participer à des stages participatifs ou faire des formations sont évidemment des méthodes d'apprentissages à conseiller; ce que j'ai mis en pratique en participant à un stage sur la construction paille et un stage sur la mise en oeuvre des enduits terre. Mais difficile d'expérimenter de cette manière toutes les phases qui composent le chantier d'une maison.

J'ai pensé que mettre en images notre propre vécu par le biais de la photo et surtout de la vidéo pouvaient être une première approche pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans l'aventure de l'autoconstruction en ayant peu ou prou d'expérience en la matière.

J'espère qu'il en est ainsi!!!

 

 

Visiteurs terriens ou vénusiens, visiteurs du soir ou du matin, visiteurs du mercredi mais du jeudi aussi (les grands enfants comprendront), le Petit Carnet de Chantier vous souhaite la bienvenue et vous promet l'édition prochaine de nouvelles aventures en bricolorama...

 


 

signature2

 

 

 

Partager cet article

Published by ꉲ
commenter cet article
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 11:28

 

 arbremur

       ©PCC 

 


Vendredi 17 décembre 2010

 

Cet article consacré à la pose du bardage me donne l'occasion de remercier Brian de Ty-Coat. Il a suivi de près notre projet en assurant la conception des plans 3d pour le montage de l'ossature, de la charpente, des caissons de toiture et des murs. Brian a été à l'écoute de mes multiples questions techniques et a toujours trouvé le temps pour y répondre...

 

De plus, pour revenir au bardage, il m'a aidé pour débuter la pose des premières lames en m'indiquant les techniques et autres astuces à acquérir pour faciliter le travail.  Ses indications m'ont été bien utiles et m'ont permis d'éviter, sans nul doute, des erreurs à ne pas faire...

 

Allez, je continue les remerciements envers ceux qui m'ont aidés pour cette phase du chantier en citant Arnaud et son souci du travail bien fait, Vincent et son expérience de chantiers participatifs, Guillaume et son vécu d'artisan...

 

Et bien sur, je ne peux oublier l'aide donnée par Fred et Laurent ce jour du 8 novembre 2010. Ils ont affronté les conditions climatiques particulièrement mauvaises ce jour-là.


Double merci à Fred... Tu as su dépasser ta peur du vide pour me permettre d'avancer sur le bardage. Ton courage et ta volonté de m'aider m'ont vraiment bluffé...

 

Laurent, je t'embauche comme maître d'oeuvre quand tu veux!!! Mais tu peux aussi te convertir comme marin vu que tu n'a pas eu le mal de mer sur l'échafaudage qui gîtait pas mal ce jour-là!!!

 

 Outre l'avancement du chantier, l'aide apportée par tous ceux que je viens de citer s'est faite aussi au niveau du moral. Car il m'est arrivé d'imaginer ne pas parvenir à la fin du bardage tant l'ouvrage s'est prolongé. Et puis quelle plaisir d'avoir de la compagnie sur le chantier, le travail se fait moins monotone et moins difficile.

 

Long, très long à finir ce bardage... Évidemment, le fait d'être seul la plupart du temps retarde l'avancement du travail. Quelle facilité de poser les lames à 2, et quelle rapidité!!!


A refaire, je ne poserais pas de bardage vertical. J'ai trouvé ce mode de pose plus délicat avec davantage de coupes et de déchets de bois, et aussi moins pratique à poser qu'en horizontal. "GRRrrr", les coupes à 45° pour favoriser la goutte d'eau en bas des lames!!! "Harrrg", les découpes au niveau des entourages des menuiseries!!!

 

De plus la jonction entre le bardage vertical et horizontal s'est révélée problématique. Pas assez sûr de moi, j'ai demandé à Ty-Coat de gérer cette partie ainsi que la pose des angles côté sud. Nous ne sommes pas très satisfaits de l'esthétique finale mais je relativise car c'est un point de détail par rapport à la globalité du chantier. 

 

Au fait, le bardage vertical était une exigence de l'Architecte des Bâtiments de France. Elle trouvait la forme de notre projet trop massive et nous demandait de "dynamiter" "dynamiser" nos façades. Il était donc prévu de faire un mixte de bardage vertical et horizontal sur les différents pignons.

 

Conscient des difficultés techniques que j'allais rencontrer, nous avons demandé une rencontre avec la Maire de notre commune. Nous avons eu le soutien total de Madame la Maire et de ses adjoints pour ne pas suivre à la lettre les indications de l'ABF. Merci à eux pour leur compréhension...

 

Pour donner le change, nous avons conservé le bardage vertical sur la partie avancée de la façade sud. A refaire, notre demande aurait été de barder uniquement à l'horizontal, ce qui m'aurait évité bien des soucis et du travail supplémentaire!!!

 

Ne gâchons pas notre plaisir, je suis fier d'avoir réalisé cette phase du chantier malgré les difficultés. Hormis la pose en vertical, barder une maison est un travail plutôt sympa à effectuer. Même si cela se complique lorsqu'on prend un peu de hauteur et que le temps passé à faire le yo-yo sur l'échelle est assez conséquent. 

 

Une autre satisfaction se trouve du côté financier de l'opération car c'est une phase de chantier qui demande beaucoup de temps de main d'oeuvre. 

 

Mais la cerise sur le gâteau est de constater la fin des infiltrations dans la maison. Nous espérons que cette situation sera pérenne...

 

Pour ne pas perdre les bonnes habitudes, voici une vidéo pour vous faire vivre le déroulement de l'ouvrage.

 

A bientôt...


 

 

  signature2

Partager cet article

Published by ꉲ - dans Vive le Bois
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 10:27

 

 

 

 portechateauchaineN&B

 ©PCC 

 

 

Vendredi 03 décembre 2010

 

 


Le toit de notre maison est couverte de zinc. Le choix du zinc s'est imposé pour 2 raisons, le pente douce des toitures et l'obligation d'utiliser ce matériau par l'Architecte des Bâtiments de France, zone "Monument Historique" oblige...

Nous lui avions demandé de pouvoir utiliser du bac acier pour les 2 pans de toitures non visibles de la route mais refus catégorique. Pourtant, nous sommes en bordure de la zone des 500m et l'église du bourg n'est pas visible de notre terrain. La différence s'en ressent surtout au niveau du coût du matériau. Ceci dit, le zinc est d'une finition impeccable et quand il est bien posé, il est durable sur de longues années.

Nous avons choisi l'entrepise de "Jo Kerautret" de Pleyber-Christ pour réaliser le travail. Nous avons opté pour du zinc pré-patiné "Quartz". Le Maître-zingueur Michel et ses compagnons couvreurs ont réalisé un bel ouvrage.

Ils ont rajouté un globber sur la partie habitation. Un matériau qui est loin d'être écologique mais qui permet de réduire les inconvénients du bruit de la pluie sur le zinc. De plus, il permet d'effacer les défauts de planéité de la volige. Ce rajout est à mettre au crédit des compromis toujours nécessaires sur tout type de constructions, écologiques soient-elles!!!

Des difficultés se sont révélées au niveau des rives de la toiture en avancé au sud et de celle de l'auvent. C'est à ce moment que j'ai réalisé que je devrais attendre la fin de la pose du zinc pour pouvoir avancer le bardage dans la partie haute de la maison. La pose des angles du bardage ne pouvaient se faire sans avoir au préalable terminé la couverture.

La bande de protection restera sur le zinc jusqu'à que je termine la pose du bardage. Il faudra donc attendre pour avoir un aperçu plus fini de l'ensemble

La pose du zinc a été faite mi-septembre. Jusque-là, j'ai donné la priorité au chantier. Je profite des intempéries glaciales du moment pour mettre à jour notre Petit-Carnet de Chantier. 

 

Une fois de plus, je vous propose une petite vidéo en guise de résumé de chantier:

 

 

 

   signature2

Partager cet article

19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 14:05

 

eaumacro MG 0039

 ©PCC 

 

 

 

Vendredi 19 novembre 2010

 

 

De l'eau, du vent, nous en avons beaucoup dans nos régions. Il faut donc, de préférence, habiter une maison qui vous protège le mieux possible des éléments climatiques. 

 

Le climat est depuis quelques temps bien agité et pluvieux. Cette année encore, nous avons eu beaucoup d'intempéries. Et nous avons eu la mauvaise surprise de constater des infiltrations d'eau au niveau de quelques menuiseries.

 

DSCN5679  infiltrationNous en avons averti le charpentier qui a posé celles-ci. L'entreprise est venu faire à deux reprises des rectifications mais l'eau passe toujours et ce en quantité importante lorsque le vent est de la partie.

Une des hypothèses serait que le pare-pluie non protégé par le bardage serait trop imbibé d'eau et n'assurerait plus sa fonction. Et peut-être que l'eau pourrait s'infiltrer sur des zones plus fragiles comme sur le pourtour des menuiseries.

 Il est vrai qu'il s'agit d'une sous-couche destinée à être posée en sous-couverture ou sous-bardage, son rôle étant plutôt de protéger le bâti de petites infiltrations ponctuelles et/ou accidentelles. 

De multiples retards dans l'avancement des travaux ont fait que le pare-pluie se retrouve exposé aux fortes intempéries sur une période plus longue qu'elle ne peut supporter. Mais une fois sous protection du bardage, elle devrait sécher et retrouver ses capacités imperméables.

 

Je suis en train de terminer le bardage et nous verrons bien si cela suffit à stopper les infiltrations. Le véritable test sera un jour de pluie avec un fort vent de sud-ouest.

J'avoue que ce souci nous à occasionné du stress et a pesé fortement sur notre moral et notre énergie. J'en ai même perdu quelque peu mon sommeil. Le doute et le pessimisme se sont installés, la fatigue du chantier renforçant les ressentiments négatifs.

J'ai exprimé au charpentier nos doutes et nos questionnements provoqués par ce souci d'infiltration. Il a été à l'écoute et nous a rassuré par l'affirmation de son engagement professionnel dans notre projet. Et si la pose du bardage ne permettait pas la fin des infiltrations d'eau, il re-déposera les menuiseries s'il le faut.

Le fait que le charpentier soit à la hauteur de la confiance que nous avons mis dans son travail nous conforte grandement. Le chantier reprend une dimension plus sereine et optimiste...

 


A propos d'ambiance, les images et vidéos éditées sur ce blog donnent un aspect positif et léger du chantier. C'est un choix qui me permet de relativiser, voire de sublimer, les difficultés multiples et quotidiennes que je rencontre dans la réalité du chantier.

Car la réalité d'un chantier d'une telle ampleur n'est pas de tout repos: fatigue physique, stress ,blessures, difficultés techniques, approvisionnements des matériaux, disposer de l'outillage adéquat, communication avec les entreprises, gestion des imprévus, prise de décisions, etc.

Sans parler de tout l'à-côté du chantier, c'est-à-dire la gestion financière, la gestion du quotidien,  la préservation d'une vie familiale et sociale...

J'avoue que la difficulté majeure est de se retrouver seul dans certaines situations. Réaliser seul une tâche qui s'avère compliqué à deux, relève parfois, en ce qui me concerne, de l'exploit personnel...  Ou de la pure inconscience!!!

Je reste donc à l'écoute de toute proposition d'aide!!!

Néanmoins, notre projet continue de prendre forme. Brian, Yves-Marie et Blenn le charpentier en devenir, ont monté la structure bois de l'auvent. J'ai assuré la pose de la volige avant la venue des couvreurs.

L'auvent apporte un équilibre au bâtiment. L'esthétique de la poutraison rajoute de la valeur à l'ensemble et le jeu des 3 pans de toiture donne une certaine harmonie à notre projet. 

 

Voici un nouvel épisode du chantier pour vous faire partager l'événement...

 

 

      signature2

Partager cet article

Published by ꉲ - dans Vive le Bois
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 23:12

 

Lundi 16 août 2010

 

 

Me voilà prêt à affronter la deuxième grande étape d'autoconstruction: la pose de voliges. En fait, je découvre petit à petit les différentes phases de chantier dans la construction d'une maison.

 

Avant de commencer mon ouvrage, je ne vous cache pas qu'une certaine angoisse s'empare de moi. Et si j'avais présumé de mes capacités? Après tout, je ne suis pas un bricoleur hors pair et le maniement d'un appareil photo réflex me semble plus naturel que celui d'une scie circulaire ou d'un cloueur pneumatique!!!

 

Allons, assez de cogitations inutiles, il est temps de se concentrer sur la tâche. 

 

Pour se mettre en condition, rien de tel que de monter un gros tas de voliges de peuplier sur le toit à la force des bras, le tout sous la pluie. Merci à Thomas et Alex pour le coup de main...

 

Après, il suffit de clouer la volige sur les tasseaux posés par les charpentiers. Après une répétition de gestes (mesurer, clouer, scier), une surface de bois se construit petit à petit. Le plus délicat, je trouve, est la coupe à effectuer en rive de toiture.

 

L'utilisation d'un cloueur pneumatique est d'un confort extrême et un gain de temps important.

 

Un atout qui compte est de ne pas avoir trop le vertige. Je ne m'étais pas posé la question du vertige avant de décider de prendre en charge cette partie. Il semble que je n'en sois pas trop sujet. Et ma concentration sur le travail à effectuer était telle que le vertige ne pouvait me toucher!!!

 

Hormis les soucis d'ordre matériel (court-circuit électrique au niveau du compresseur d'air, disjoncteur à changer dans le coffret de chantier ), j'ai mis environ 3 jours pour faire les 2 pans de toiture de la partie habitation, soit plus de 100 m2 de surface. Il me restera à poser une cinquantaine de mètres carré de voliges sur la partie atelier/abri de voiture lorsque la charpente sera réalisée. 

 

Le bilan de cette phase d'autoconstruction est très positif. C'est une tâche relativement accessible et assez rapide si l'on dispose de bons outils. Et j'ai vraiment apprécié de travailler sur le toit de notre maison, un endroit qui m'a donné une vue unique sur notre environnement proche...

 

Allez, venez donc avec moi faire un tour sur notre toit...

 

 

 

 

 

signature2      

Partager cet article

Published by ꉲ - dans Vive le Bois
commenter cet article
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 14:46

 

 

Fecamp7

      ©PCC

 

 

 

 

Mardi 03 août 2010

 

 

Le chantier continue... Avant de vous raconter la suite des évènements, nous voulions remercier Thierry Hamon et la Team Ty-Coat d'avoir su préserver une tradition et de nous en avoir fait profiter. 

Le toit de notre maison s'est vu décorer d'un joli bouquet improvisé et les charpentiers de Ty-Coat ont bu le verre de l'amitié en notre compagnie.

J'en profite pour dire merci à ceux, famille, amis et voisins, qui étaient présents pour l'occasion . Pour ceux que nous n'avons pu inviter, ce n'est que partie remise à la fin de chantier!!!

Pour honorer la tradition, les charpentiers ont bu leur verre en prenant de la hauteur sur le toit. Après avoir finit son verre, Thierry l'a projeté sur la dalle béton en guise de baptème de notre habitation. 

Nous avons alors vérifié que nous possédions des verres solides car aucun dégât n'était constaté au premier jet. Certains parleront d'un mauvais signe alors que nous y voyons un symbole de solidité...

Le verre s'est toutefois cassé à la deuxième tentative. Précisons qu'il ne s'agissait pas d'une coupe de champagne, nous préférons le cidre et la bière!!!

Cette petite cérémonie a permis de nous rappeler que nous étions en contact avec Ty-Coat depuis 2 ans. Pour l'heure, le constat que nous pouvons faire de ce choix est grandement positif!!!

 Et puis comme le sujet du verre est abordé, venons en au fait de la pose des menuiseries extérieures...

 

 

                           ©PCC

fenetrelumiere

Voici un point important dans une construction bioclimatique...

Les fenêtres et portes sont une source d'entrée pour la lumière du soleil... Elles sont donc facteurs de luminosité et de chaleur dans l'habitat.

En contre-partie, elles constituent des failles thermiques dans l'enveloppe isolante de la maison. 

Le choix des menuiseries en fonction de leur performance thermique est primordial. Leur pose doivent être sans reproche et l'étanchéité à l'air et l'eau particulièrement soigné, surtout lorsqu'on prétend, comme nous, au label Bâtiment Basse Consommation. A ce niveau, nous avons une fois de plus fait confiance à Ty-Coat Construction.

 

                                                                                                                                 ©PCCDSCN5356lumiereinterieur-copie-1

 

Les principales menuiseries sont de chez "Minco", et à-priori la qualité de fabrication semble au rendez-vous.

 

Ce sont des menuiseries mixte bois/alu et la couleur extérieure retenue est "vert d'eau", qui d'après nous s'accordera parfaitement avec le bardage Douglas grisé. La porte d'entrée est en attente de pose car le modèle qui nous a été livré n'était pas conforme.

 

Les portes de l'atelier et celle du cellier, de marque MGT, sont aussi en attente de réception.  

 

 

 

La façade nord de la partie habitation ne comporte aucune ouverture vitrée pour minimiser les pertes de calories. La façade sud/ouest est par contre la plus "vitrée" afin de profiter pleinement du soleil... Des volets coulissants bois sont prévus pour réguler de possibles surchauffes (oui, même en Bretagne!!!).

 

Comme je suis sympa, je vous propose des images qui bougent pour vous donner un aperçu de l'ensemble...

 

 

 

 

A bientôt...

 


      signature2

 



Partager cet article

Published by ꉲ - dans Vive le Bois
commenter cet article
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 01:30

 

Mercredi 28 juillet 2010

 

 

Moment important que de voir sa maison recouverte d'un toit. Est-ce la peur de nos ancêtres celtes,( ils craignaient que le ciel ne leur tombe sur la tête, par Toutatis!!!) qui nous procure cette impression de sécurité sous un toit?

 

Quoi qu'il en soit, notre maison vient de passer un stade symbolique... Il ne manque que les menuiseries pour être véritablement hors d'eau, hors d'air...

Notre toit est aussi un élément qui nous protégera du froid. 
 
Les caissons sont isolés par insuflation de ouate de cellulose, 220 mm d'épaisseur. Ce à quoi vient s'ajouter une surisolation de 60 mm de laine de bois (Pavatherm nk+).
Si nous ajoutons la capacité isolante du pare-pluie en 16mm d'épaisseur (Kronolux DFP),  nous avons une épaisseur totale d'isolant de 289,6mm. 

La finition intérieure des caisson se fait en panneaux de peuplier de 19mm, une essence de bois claire qui apporte une luminosité. Elle s'ajoute également au système isolant de la toiture.

 

J'ai participé à la phase d'insufflation de ouate de cellulose, mon rôle consistant à alimenter la machine à insuffler. Il faut veiller à ce que la machine ne bourre pas.

 

Il semble que je me sois débrouillé à ce poste et que mon intervention n'a en rien gêné Alex, charpentier à Ty-Coat, qui se chargeait de remplir les caissons...

Quel plaisir d'être à nouveau acteur du chantier...

 

Outre l'isolation, l'équipe de Ty-Coat a également assuré l'étanchéité à l'eau et à l'air des caissons de toitures. Ils ont également posé des tasseaux qui recevront les voliges. C'est un travail que j'ai choisi d'accomplir, vous pourrez le constater lors d'une prochaine Rapido-Vidéo.

 

Pour l'instant, je vous invite à visionner un résumé par l'image de la pose et l'isolation de la toiture.

 

 


 

 

 

 

    A bientôt...

 

 

   signature2

Partager cet article

Published by ꉲ - dans Vive le Bois
commenter cet article
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 19:52

 

 

Mardi 27 juillet 2010

 

 

 

Aujourd'hui, nous regardons notre maison dans toute sa hauteur.

L'équipe de Ty-Coat revient pour monter les murs de l'étage. 

La difficulté majeure est la façade sud-ouest qui pèse près d'1 tonne. L'état du terrain ne facilite pas la manoeuvre. Tout se passera sans souci...
J'ai réalisé une vidéo qui relate cette phase du chantier... Je vous invite à la visionner!!!

 


 

 

 

 

    A bientôt et merci de votre visite!!!

 

 

   signature2

Partager cet article

Published by ꉲ - dans Vive le Bois
commenter cet article